Ambroisie à feuilles d’armoise

Ambrosia artemisiifolia L.

Elle est une plante annuelle. Les graines germent  fin juin, les jeunes plantes ressemblent  à des feuilles d’œillet d’Inde. Il est indispensable de reconnaître les jeunes feuilles  qui couvrent d’un tapis dense le bord des routes, les décombres, les terrains dénudées. Il faut les arracher à la main et non les couper car la reprise est de plus belle, et les brûler afin qu’elle n’y ait plus de repousse. La germination est difficile si le terrain est déjà couvert de végétation et d’humus.

En Août la plante est développée, une tige hérissée de poils étalés, rougeâtre qui atteint 120 cm. Les feuilles découpées comme celle de l’Armoise, opposées puis vers le haut de la tige alternes. Sur un même pied une hampe florale avec à la base dans les bractées, une fleur femelle sans pétales et sans sépales, laissant échapper le style qui reçoit les grain de pollen. Plus haut les capitules de fleurs mâles nombreuses et protégées par un involucre hémisphérique, façon petit parasol. Les fleurs mâles libèrent du pollen anémophile. Après la fécondation il se forme un fruit sec surmonté d’épines contenant une seule graine. 

Le pollen dispersé par le vent à la fin de l’automne est responsable d’une  allergie d’automne qui se manifeste par des rhinites, des conjonctivites, des laryngites, de l’asthme, des urticaires, de l’eczéma. 

Prendre connaissance de l ‘horloge des pollens www. rhone-alpes.santé.gouv@fr

Son pays d’origine est les États-Unis, le sud du Canada. Elle parvient en Europe au XIX° siècle avec des importations de graines de trèfle ou de luzerne en 1860, elle est identifiée en Allemagne, puis elle progresse en France, Vallée de la Loire, Beaujolais, Lyon et maintenant partout en France où elle est considérée comme une plante naturalisée. Elle est particulièrement abondante dans la région Rhône-Alpes. Elle s’installe sur des terrains délaissés, meubles, sablonneux, les champs moissonnés, les gravières, les chantiers, les décombres, les voies ferrées dénudées, les bords de route dénudées, les zones urbanisées à sol nu. 

Son nom latin est Ambrosia artemisiifolia, elle répond à des différents noms, l’Ambroisie  à feuilles d’armoise,  l’Absinthe du Canada, l’Herbe à Garga, aux États-Unis, Ragweed, au Canada La Petite Herbe à poux. Elle appartient à la famille des Astéracées. Son caryotype est 2n = 36. Elle est malheureusement mal identifiée et confondue avec l’Armoise. Elle a eu un nom latin inexact : Ambrosia maritima , des synonymes Ambrosia elata  ou Ambrosia elatior.

 

Ambrosia artemisifolia R0012070

 

 

 

IL existe d’autres espèces d’ Ambrosia installées en Amérique du Nord, voir www.prodinra.inra.fr pour constater son introduction en France. Pour l’instant ne semblent pas être présentes. Cependant on peut voir Ambrosia trifida soit l’Ambroisie trifide en raison de ses grandes feuilles trilobées, au jardin botanique du muséum de Paris. Elle est annuelle, son port ressemble à celui de l’Ambroisie à feuilles d’armoise, elle est allergisante, en fin d’été. Elle s’installe dans des sites perturbés. Elle est signalée sur la nouvelle Flore de la Belgique 6° édition dans les terrains vagues. 

ambrosia trifida DSC04845ambrosia trifida DSC04846

Une chrysomèle, Ophraella communa,  venue d’Amérique du Nord attaque les feuilles en Italie, voir www.newsjardintv.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *