Ailante, Faux vernis du Japon, Frêne puant

Ailanthus altissima (Mill.) Swingle

 

Il est aussi appelé « Vernis du Japon« , il n’est pas celui qui fournit la laque chinoise, il est originaire de la Chine du Nord. Il arrive en Europe en 1751,  dans les jardins de Chelsea. Très vite il se répand et devient une plante invasive, et nuisible par allélopathie, il secrète une substance qui stoppe toute germination, l’ailanthone . Les jeunes pousses se reconnaissent dans les moindres recoins de trottoirs.  Les feuilles dégagent une odeur désagréable, arbre le plus souvent dioïque, les arbres femelles portent des samares décoratives en automne dans le cas de la variété ‘Erythrocarpa. Le nectar a une odeur d’urine. Il est surnommé le « Frêne puant« , frêne par rapport à ses feuilles divisées. En médecine chinoise,  les feuilles , les racines et l’écorce sont utilisées pour leur astringence.( pour plus de détails voir tela-botanica.org). Il pourrait être considéré comme un arbre naturalisé en Europe et très présent dans les villes, par exemple Bourg-en-Bresse. Il est présent dans les allées du Parc de la Tête d’Or à Lyon.

En Chine, les feuilles servent de nourriture au Bombyx de l’AilanteSamia cynthia qui donne une soie brillante,  moins fine que celle du Bombyx du mûrier, Bombyx mori.  C‘est ainsi qu’en 1786, l’Ailante est introduit dans le midi pour la sériciculture, là où ne poussait pas le mûrier, mais ce fut un échec pour la fabrication de la soie. L’Ailante  se plaît et se propage et est maintenant naturalisé. (Jardin des plantes de Montpellier). 

Cet arbre fait partie des plantes invasives

One thought on “Ailante, Faux vernis du Japon, Frêne puant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *